Sorti de l’ombre


Le calme est saisissant. Toute la végétation s’emprisonne peu à peu dans une parure de givre. La rivière au loin fredonne une musique ancestrale, millénaire, qui ne change jamais. Pas une brise ne vient perturber l’éveil de la nature. Les premier oiseaux se mettent à chanter, timides. Pouillots, rouges-gorges et rossignols se répondent et l’aube s’installe. Le ciel s’éclaircit, éteignant les étoiles une par une et révélant des teintes pastels que seuls ceux qui se lèvent tôt peuvent connaître.


Des corbeaux s’expriment soudain dans la forêt non loin. La brume naissante rend notre vision floue, abstraite. La noirceur des sous-bois ne nous permet de distinguer qu’une masse sombre, un mouvement, une ombre parmi les ombres, qu’est-ce donc ?


Il se révèle soudain dans la prairie, face à nous. Imposant et rapide, il marche tête baissée. Aurait-il flairé la carcasse qui anime ces lieux pendant les nuits depuis quelques jours ? Les battements de nos cœurs s’accélèrent, ou peut-être s’arrêtent. Nos mains tremblent. Le souffle court, allongés sur le sol gelé nous observons sans broncher son parcours. Il n’est plus qu’à une trentaine de mètres, quand il décide de changer de direction sans marquer le moindre arrêt. Quelque peu soulagés de ce changement d’itinéraire, nous profitons des dernières secondes en compagnie de cet animal mystérieux. Puissante rencontre. Quelques pas de plus et il disparaît soudain comme il est apparu, sans un bruit, dans la forêt.


Nous restons là, sans voix, quelques minutes pour reprendre nos esprits. Des instants d’une puissance indescriptible, entre crainte, joie, fascination et humilité. Nous garderons comme témoignage de ce souvenir impérissable cette unique photo.


Ours brun marsicain, Abruzzes, Italie 2019.