Récit - Les oiseaux colorés sont de retour

Certaines soirées, banales au premier abord, prennent des dimensions bien plus intéressantes en prenant le temps d'observer avec plus d'attention.


Tout commence ce soir de mai qui nous sort à peine du dernier assaut de l'hiver. Nous partons en quête d'un oiseau qui, bien heureux de son habitat, a tendance à se sédentariser dans le sud de la France. Habitué pourtant aux grandes migrations, les conséquences du changement climatique lui offrent l'opportunité de ne plus entamer ce dangereux périple. Le Coucou-geai se plaît en Roussillon où la chenille processionnaire, son met de prédilection, y prolifère.


Nous partons donc avec pour objectif de repérer sa zone d'habitat, qui varie peu d'années en années. Arrivés sur place, près d'un village où quelques personnes se promènent, nous démarrons les prospections. La nature rayonne de vie. Les oiseaux sont nombreux à chanter et à chasser dans les nuées d'insectes volants, tandis que les arbres ont enfin retrouvé leur feuillage vert tendre. L'herbe grandit presque à vue d’œil et accueille des milliers d'insectes. Un garde manger de choix pour de nombreuses espèces d'oiseaux, qu'ils soient de passage ou peuplant ces lieux à l'année.


Dans un arbre s'agite le discret Gobemouche noir, qui inspecte les jeunes feuilles à la recherche de chenilles ou de mouches. Commun, il est toutefois rarement observé car il fréquente surtout le houppier des grands arbres. Il est fréquent de le croiser dans les arbres isolés ou dans des bosquets près de zones dégagées, cette configuration facilite grandement sa chasse aux insectes !


gobemouche noir stage photo oiseau perpignan
Gobemouche noir (Ficedula hypoleuca)

Très rapidement, nous entendons un cri familier. Il pourrait ressembler à celui du geai ou de la pie, mais le doute est impossible. Il ne s'agit pas du Coucou-geai, mais du Rollier d'Europe ! À peine arrivé de migration, il s'installe sur son territoire favori.


Mais cette année la surprise est grande. Ce n'est pas un couple de Rollier qui est présent sur le secteur, mais bien deux ! Deux couples se disputent la place, se chamaillent dans les airs, réalisant des acrobaties accompagnés de cris rauques et peu gracieux. Leur bleu électrique est toujours aussi fascinant. En vol, ils se confondent avec le ciel. Posés, ils sont étrangement mimétiques, arborant une large tâche rousse sur les ailes.


stage photo rollier, rollier pyrenees
rollier d'europe stage photo pyrenees orientales
Rollier d'Europe (Coracias garrulus)

Ces oiseaux splendides mais tout aussi discrets que le Gobemouche, adorent se percher sur les fils téléphoniques. Ils perçoivent ainsi l'ensemble du sol avec aisance, et attraper les insectes devient alors un jeu d'enfant.


rollier d'europe pyrenees, rollier pose sur fil telephone

Entre deux grands arbustes de Tamaris, posé sur un chardon desséché, une tâche rousse attire notre attention. D'une couleur plus vive que le dos du Rollier, nous avons la chance d'observer une Pie-grièche à tête rousse ! Trop loin pour la photographier dans de bonnes conditions, nous l'observerons jusqu’à ce qu'elle disparaisse entre les branches.


pie grieche a tete rousse, stage photo pyrenees
Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator)

Les rencontres se succèdent une à une. Des Huppes fasciées semblent avoir trouvé une loge où s'installer, un Tarier pâtre se pavane, fier de sa prise (une chenille), tandis qu'un Gobemouche gris virevolte dans les airs pour attraper des moucherons au vol.


Un peu plus loin, alertés par son cri caractéristique, nous observerons pendant un moment une Cisticole des joncs dans les phragmites qui bordent une zone humide.


tarier patre, arnaud saguer, stage photo
Tarier pâtre (Saxicola rubicola)
gobemouche gris, oiseau, stage photo oiseau, arnaud saguer
Gobemouche gris (Muscicapa striata)
cisticole des joncs, stage photo oiseau, phragmite oiseau, photo oiseau roseau
Cisticole des joncs (Cisticola juncidis)

Le soleil décline et le léger voile nuageux apporte des teintes douces et chaudes aux derniers rayons du soleil. Au-dessus de nos tête, une flopée d'oiseaux en tout genre passent les uns après les autres : Aigrettes garzettes, Hérons garde-bœuf, Hérons cendrés, Goélands leucophée ou encore Faucon crécerelle. Ce soir, tous les oiseaux sont ici. Tous sauf celui que l'on est venu chercher ! Même un Faisan de Colchide chante dans le fond d'un pré, caché dans un massif épais de Cannes de Provence.


Le Faucon crécerelle précédemment en chasse, se pose alors face à nous sur un arbre parfaitement dégagé. Notre présence ne semble pas le perturber et il commencera a faire sa toilette, un peu caché par les feuilles du Frêne oxyphylle.


faucon crecerelle stage photo rapaces oiseaux arnaud saguer pyrenees
Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)

Après le passage éclair d'un Loriot d'Europe, suivi de près par un oiseau dont le vol se ressemble à s'y méprendre, le Pic de Sharpe, nous recroisons un magnifique petit Gobemouche gris. Très concentré à voler au milieu d'une nuée de moucherons et se poser à nouveau sur son perchoir, nous l'observerons de longues minutes, baignés dans une lumière particulièrement belle.



Maintenant que le soleil a disparu sous l'horizon, les nuages commencent à prendre des teintes flamboyantes. La fraîcheur du soir tombe, et le tout est baigné dans une ambiance suave. L'heure pour les Lapins de garenne de sortir se dégourdir les pattes !


Discrètement, nous nous approchons des buissons de ronce dans lequel ils se cachent et attendons leur sortie. De longues oreilles apparaissent, et les voici gambadant dans les herbes hautes, avec une lumière aussi douce que doit l'être leur pelage.


lapin de garenne stage photo pyrenees
Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus)