Récit de stage - Excursion privée

Juin 2018, mon couple de stagiaires, enchanté de découvrir ce coin de mon département arrivent en milieu de journée. Nous profitons d'une accalmie météorologique qui semble s'installer tout juste pour le weekend pour partir sur les hauteurs afin de tenter de capturer les ambiances du coucher (et lever) du soleil. La montée est rude sous le soleil de cet après-midi bien ensoleillé, mais le chemin n'est pas très long et nous parvenons vite au refuge pour y déposer nos affaires pour la nuit.

Nous partons rapidement rejoindre des secteurs où les rencontres animalières sont probables. Rapidement en effet, nous repérons une biche qui se nourrit au milieu des genêts purgatifs fleuris. La lumière est mauvaise, trop dure en ce milieu de journée, mais en composant avec les massifs buissonnants nous parvenons à réaliser des images. Après une petite demi-heure en sa compagnie, elle se couche dans les genêts et nous en profitons pour s'éclipser...

Après cette rencontre fortuite, nous avons du mal à repérer d'autres animaux. Il faut dire qu'un fort vent d'Espagne souffle et que nous sommes en plein versant exposé. Nous décidons, au fruit d'un effort supplémentaire, de rejoindre la crête qui nous mènera vers le versant abrité. Le soir tombe et la lumière décline. Après une pause repas à contempler la vallée, nous arrivons enfin en crête. Le soleil déjà bien bas illumine la vallée d'une lumière dorée accentuée par les nuées de pollen des pins à crochets que le vent emporte avec lui. L'ambiance est magique et un isard nous fait un plaisir de la sublimer !

Le soleil passe alors rapidement derrière une couche de nuages à l'horizon. La lumière décroit soudain mais s'adoucit drastiquement. Tout devient laiteux, presque brumeux. Tandis que le soleil joue avec les nuages, nous jouons à cache-cache avec les animaux qui sortent enfin des forêts ombragées.

Rapidement le jour tombe et les ambiances changent. Toutes les silhouettes deviennent mystérieuses et les sons un peu plus présents. Nos sens s'éveillent, nous devenons naturellement plus attentifs au moindre détail changeant. Deux silhouettes humaines se détachent sur la crête, je leur intime de me rejoindre vite car un spectacle grandiose semble se préparer...

Les lumières des villages cerdans s'allument une à une, constellant la montagne de centaines d'étoiles artificielles. Dans le ciel commence aussi à apparaître les étoiles les plus brillantes. La nuit s'annonce lumineuse. Soudain, une harde entière de jeunes cerfs sortent sur la crête, et nous laissent sans voix devant un spectacle particulièrement magique... Il faut vite immortaliser ce moment rare où la nature rencontre l'humain pour créer un tableau esthétique...

Après quelques minutes à profiter de ces instants ou le temps semble suspendu, il faut descendre rejoindre le refuge pour la nuit. Après une descente à la seule lumière de la lampe frontale, nous arrivons dans la cabane de bois pour rapidement nous endormir sur la banquette un peu rustique.

Le lendemain, le réveil est difficile, mais nous sortons du duvet pour profiter des lumières matinales. La nature nous ayant offert un cadeau de valeur la veille, nous laisse cependant "sur notre fin" ce matin. Peu de rencontres, si ce n'est un vol de becs croisés des sapins particulièrement bruyants. Nous composons avec ce que l'on a sous la main : un peu de macro-photographie, de paysages, la géométrie d'un arbre mort sur fond ombragé...

Le court séjour au cœur des montagnes catalanes touche à sa fin. La nature nous a encore une fois gâtés par sa beauté et sa spontanéité...

© Arnaud Saguer 2020 - Tous droits réservés

Mentions Légales - CGV