Les yeux du loup


Le givre cristallise toute la végétation environnante. L'aube s'installe doucement à travers la brume. Le silence règne sur son domaine, pas un seul oiseau ne chante, pas une brise ne vient perturber la quiétude de la vallée, à tel point qu'il semble que la rivière, non loin, se soit arrêtée.


Les jours défilent, les indices de passage sont bien présents mais pas une ombre à l'horizon. La brume s'en va, le jour pointe.


Soudain sans le moindre bruit, il sort de la forêt. Quelques longues enjambées dans la prairie puis il se fige, observe les alentours, sûr de lui. M’aurait-il vu ? Je ne le saurai jamais, mais mes yeux se sont plongés un instant dans les siens. Des yeux couleur d'ambre, vifs, beaux, innocents mais implacables. L'émotion est immense... C'est une chance incroyable d'observer cet animal sauvage dans son habitat naturel.


Il reprend alors sa marche, sans changer ni de vitesse ni de direction. Il s'arrête à nouveau au beau milieu de la prairie givrée, hume l'air puis tourne autour de la carcasse de cerf encore présente. Il n'y a plus rien à manger, il doit repartir chasser…


C’est alors qu’un sanglier sort brutalement du bois. Au pas de course il fonce sans crainte, droit devant, sans marquer le moindre arrêt. Le loup se plaque au sol, le temps de comprendre quel animal fait autant de vacarme. Son comportement change immédiatement, Il prend alors une posture d’attaque. Il attend quelques instants pour éviter que sa proie ne le repère, puis s’élance. Les muscles de ses pattes arrières se contractent, l’accélération est forte et immédiate. En quelques secondes, il disparaît entre les arbres, à la poursuite de son – peut-être – futur repas.


Loup gris, Abruzzes, Italie 2019.