Au clair de Vénus


Aux sombres lueurs du crépuscule, le vent s’est tu. Les rives du lac s’agitent. De petites ombres passent en vitesse et émettent quelques cris stridents. Chevaliers, bécasseaux et gravelots sondent le sable, cherchent un repas. Dans le ciel bientôt étoilé, virevoltent par dizaines des chauves-souris en chasse. Les moucherons sont nombreux ce soir, il ne fait pas froid. Déchirant le calme, une rixe éclate dans le groupe de cormorans perché sur un arbre récemment dépourvu de ses feuilles. Ils sont arrivés en nombre pour passer l’hiver ici. Le calme revient. Un héron passe en silence, épargnant nos oreilles de son chant dissonant.


Les nuages s’effacent, dévoilant la beauté du ciel nu. Les étoiles apparaissent une à une sur la voûte bleu nuit. Alors que les derniers cirrus s’estompent, Vénus la déesse de l’Amour se dévoile. Belle et lumineuse, elle guidait autrefois les bergers vers leurs verts pâturages. Un éclat dans le crépuscule, à quelques pas de l’horizon. Une lumière dans le ciel, astre changeant. Sur son perchoir favori, au plus haut de cet arbre qui a perdu la vie depuis plus de dix ans, il observe ces milliers de soleils s’allumer en silence...


Grand cormoran, Pyrénées-Orientales, France 2019.